À la poursuite du rayon vert

Essai contemplatif ou journal fantasmé d’explorateur, À la poursuite du rayon vert propose une vision poétique et étrange d’un monde en mutation.

Cette rêverie éveillée interroge les codes de représentation de la nature — plus spécifiquement des océans — en explorant les zones grises. Horizons incertains, inversions, changement d’échelle et de points de vue… En jouant de la tension entre visible et invisible, pesanteur et gravité, artificiel et naturel, fiction et réalité, le regard se brouille.

Flouter la dualité manichéenne entre monde naturel préservé et catastrophe, proposer une interprétation subjective de l’état de notre planète, c’est en quelque sorte donner prise pour s’éloigner du déni face aux changements environnementaux.

Sous la surface, l’avenir en latence.