Polaris Artefacts

Sous nos archipels, le vent

Cabanes, stations de recherche, abris ou monuments maritimes: les artefacts deviennent une référence pour l’œil dans le grand désert blanc antarctique, un monde que l’imagination conçoit encore immaculé.

Les marques de la civilisation, géométries fines et colorées perdues dans les étendues blanches infinies, se font pré-ruines, proches du vestige. La présence humaine est alors visiblement incongrue, l’architecture de la conquête scientifique et industrielle, presque cosmonaute.

Presque cosmonaute: traces d’humains sur une planète.

« Trop souvent, les pôles sont dépeints comme des lieux désolés, intacts, éloignés des préoccupations de l’humanité (ou de tout sens des responsabilités). Ici, la photographe a élégamment remis en question ce point de vue. Pour nous mettre véritablement en harmonie avec le monde naturel, nous devons revenir à une vision de l’humanité comme faisant partie de celui-ci.« 
Nichole Sobecki pour The Independent Photographer


→ À la poursuite du rayon vert

→ Le vacillement des cathédrales

  ·  Polaris Artefacts

→ La dernière frontière