Le travail de Lorraine Turci s'articule autour des relations entre l'être humain et son territoire. Il s’intéresse notamment à la mer, aux zones polaires et aux grands espaces. Souvent lié à l'exploration, à une certaine idée de l’isolement et de l’ailleurs, il transmet la complexité du monde pour interroger nos usages de la nature, du paysage et de l’histoire collective. Ancré dans le réel tout en étant proche de sa marge, il révèle autant qu’il brouille, trouvant un équilibre entre représentation objective et dimension symbolique. Dans des séries de photographies à la composition soignée ou en explorant la matérialité du médium photographique, son travail se déploie dans la lenteur. Il livre des récits qui posent un regard, un questionnement fort sur les relations que nous entretenons les uns envers les autres et sur ce que nous faisons de notre monde.

Sous nos représentations, la glace

Le vacillement des cathédrales